Awala-Yalimapo

Awala-Yalimapo - Blason

La commune de Awala-Yalimapo se situe à l’extrême nord-ouest de la Guyane, au confluent des fleuves Mana à l’est et Maroni à l’ouest.

Implantée sur une superficie de 18 740 hectares, la commune regroupe 4 bassins d’habitations. Bourg le plus peuplé, Awala, contient le centre administratif. Trois kilomètres plus loin sur la route départementale 22 se trouve Yalimapo, installé le long de la plage des Hattes. Une quinzaine de personnes vivent au village de Ayawa unti situé à l’intérieur du territoire sur les rives de la crique Coswine. Depuis les années 1980, des familles busi-nenge s’implantent sur le CD9 allant du pk17 au pk24 qui relie Mana à Saint-Laurent du Maroni.

La majorité de la population, presque exclusivement amérindienne, du groupe Kali’na, est concentrée sur le premier cordon dunaire au niveau de Awala et Yalimapo avec environ 1 031 habitants pour une population totale de 1362 habitants au 1er janvier 2016.

Awala-Yalimapo, un territoire conscient de son patrimoine historique & culturel

Le site du camp des Hattes est habité depuis au moins le XIe siècle, comme le montre les récentes prospections archéologiques. Le toponyme actuel, Yalimapo, est attesté depuis le XVIe siècle. Le village de Yalimapo fait désormais partie de la commune de Awala-Yalimapo, créée en 1988. Le camp des Hattes s’est étendu jusqu’à l’emplacement actuel du quartier de Kunawayale à l’entrée du village de Awala, d’ailleurs aussi appelé jusqu’à maintenant la Bouverie.

Au moment de l’implantation coloniale, les habitants de Yalimapo ont dû se déplacer. A cette époque, et jusqu’à la fermeture du bagne, subsistent les villages de Amana apotɨlɨ sur la Pointe-Isère, et Panato sur la pointe du même nom. A la fermeture définitive du bagne en 1953, Amana-apotɨlɨ est abandonné à cause de l’érosion et le village de Awala commence à se développer. Le village de Yalimapo est rétabli par des Kali’na venant d’Iracoubo. Les deux villages ont ultérieurement été peuplés par des Amérindiens venus de Suriname, qui fuyaient la guerre civile en 1986.

La création de la commune de Awala-Yalimapo par arrêté le 31 décembre 1988, apparaît comme une première réponse aux revendications énoncées quatre ans auparavant sur les droits territoriaux (« adresse au gouvernement » lors du premier rassemblement des Amérindiens de Guyane à Aouara le 8 et 9 décembre 1984). Le territoire de la commune est issu d’un détachement d’une partie de celle de Mana.

La commune de Awala-Yalimapo démontre ainsi l’existence des « communautés » dans l’espace social et politique guyanais, qu’elle articule logiquement avec le cadre institutionnel et juridique français de la collectivité.

Une inter gouvernance : communauté-commune

Le territoire communal est géré par deux entités institutionnelles : celle de la municipalité et celles des autorités coutumières. Ce cadre institutionnel reconnait celui de la chefferie qui lui préexiste. La communauté compte deux chefs coutumiers appelés yopoto en langue kali’na, Michel Thérèse pour le village de Awala et Daniel William pour Yalimapo.

A Awala-Yalimapo, l’espace territorial et foncier est géré conjointement par l’autorité coutumière et communale. Les Chefs autorisent l’installation de ménages et d’abattis. L’autorité coutumière dispose d’un arrêté reconnaissant ses droits d’usages collectifs exclusifs.

Afin de trouver le consensus sur cette gestion partagée, une commission a été mise en place « la commission mixte commune-communauté » par la délibération n° 51.01 du conseil municipal, le 26 juillet 2001. Il s’agit d’un outil de gestion participative et de démocratie locale, instance d’échange et de réflexion à valeur consultative. Coprésidée par le Maire et les Chefs, elle est également constituée d’élus, désignés par le Conseil municipal, et de représentants des villages, désignés par les Chefs.

Centre administratif d’Awala-Yalimapo
63, Avenue du 31/12/1988
97319 Awala-Yalimapo
Tél : 0594347676
Mail : mairie@awala-yalimapo.fr
Site : http://www.awala-yalimapo.fr/

Vision communes – Juillet 2017

...
En savoir plus

AMG : Semaine du développement durable

...
En savoir plus

Vision communes – Décembre 2016

...
En savoir plus

Le visage de la France est Guyanais.

...
En savoir plus

Offre d’emploi : la CCEG recrute un chargé de mission Leader

...
En savoir plus

Congrès des Maires de Guyane : les motions…

...
En savoir plus